Jacques Razafindranazy, le premier médecin victime de l’épidémie en France

Désormais le site gasyegypte.com va avoir une section qui s’appellera Portrait de la Semaine. Cette section sera spécialement consacrée pour des personnes vivantes ou morte qui auront marquées des évènements ou ayant laissée des empruntes dans l’histoire et dont les actions ont eu de l’impact sur notre vie sociale, politique et culturelle.

Pour cette première Edition, on la consacre pour Dr Jacques Razafindranazy. Mais qui est-il vraiment ?

Jacques Razafindranazy, était originaire de Madagascar et était médecin urgentiste à l’hôpital de Compiègne. Il est le premier médecin victime de la pandemie du coronavirus en France après avoir été hospitalisé à Lille.

C’est le premier soignant officiellement victime du coronavirus. Le ministre de la Santé, Olivier Véran a confirmé cette information sur RTL. “J‘ai été informé hier (samedi) soir du décès d’un médecin hospitalier, c’est à ma connaissance (…) la première situation qui a frappé un médecin hospitalier“, a déclaré M. Véran au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. 
 

“A cause d’une garde de trop”

L’un de ses enfants fait part de la nouvelle sur Facebook. “Mon père ce héros, médecin aux urgences de Compiègne est parti trop vite à cause du coronavirus”. “Passionné par son travail, il n’a pas pris sa retraite. Laissant derrière lui, une famille qui ne l’oubliera jamais”, ajoute-t-il.

Son fils raconte encore que son père, Jean-Jacques Razafindranazy revenait de vacances passées à Madagascar, la grande île d’où il était originaire. Il était “en pleine forme“. Avant de poursuivre : “mais le covid-19 était plus fort. Et surtout à cause d’une garde de trop.”

Le médecin urgentiste était âgé d’une soixantaine d’années. Selon France 3 Hauts-de-France, il était malade depuis 3 semaines. Il a été hospitalisé dans un premier temps à Compiègne puis son état s’est dégradé. Il a donc été transféré au CHU de Lille où il est décédé. Son fils rend hommage “aux soignants de l’hôpital de Lille qui ont tout essayé”.
 

“Maladie extrêmement grave”

Toujours selon France 3 Hauts-de-Seine, sa femme est médecin généraliste. Après avoir développé des symptômes du Covid-19, elle est restée confinée chez elle et n’a pas pu accompagner son mari. Ses enfants rappellent dans leur message que “la maladie est extrêmement grave et ne doit pas être pris à la légère.”

L’hôpital de Compiègne a fait partie des premiers hôpitaux à prendre en charge les patients atteints du coronavirus dans le cluster de l’Oise. 
 

“Restez chez vous” implore la fille du médecin

Regardez le reportage diffusé dimanche soir dans le journal de 20h de France 2. La fille du médecin décédé témoigne et appelle chacun à respecter les consignes et à rester chez soi.

Afin de rendre hommage au personnel hospitalier et notamment au Dr Jean-Jacques Razafindranazy décédé de la Covid-19 en mars dernier, une fresque murale extérieure a été peinte sur un mur de l’hôpital du Centre hospitalier Compiègne-Noyon à l’initiative du Rotary club de Compiègne en partenariat avec la galerie Artefakt.

Notons, qu’au moment de la publication de cet article, le nombre de personnes ayant été touchée par la pandemie s’approche des 30 millions dans le monde avec près de 1 million de décès.

Alors, malgré les levées de certaines mesures et restrictions, restez vigilant, faites attentions et respectez les mesures sanitaires qu’on vous recommande tel que le port du masque ou l’usage des désinfectants/ou le lavage des mains avec du savon.

Raha hizara hevitra

commentaire

Related posts

One Thought to “Jacques Razafindranazy, le premier médecin victime de l’épidémie en France”

Leave a Comment