Les artistes caricaturistes, humouristes sont-ils des êtres inconscients?

Tel un couperet, la nouvelle est tombée sur les différentes chaines de télévision, “Un professeur d’histoire assassiné pour diffusion des caricatures de Mahomet”

Au nom de la laïcité, en France le sacré n’existe pas. On peut rire , moquer de tout et même de votre religion, de votre père, comme de votre mère,  c’est-à-dire  ce que vous avez de plus précieux, de plus cher, de plus sacré dans votre existence, ce sur quoi vous n’intransigez nullement.

Ainsi, il existe en France le droit de choquer, notamment par le blasphème. Le délit de blasphème n’existe pas en France. On peut traitez Jésus de pédé, Mouhammed de pédé, sans que celà ne choque personne. On peut les caricaturer et les représenter dans des formes peu valorisantes au nom de la liberté d’expression.  Les musulmans et chrétiens doivent surtout la fermer parce que c’est comme ça.

Mais le caricaturiste, l’humoriste ont pour rôle, la représentation imagée par le sketch et la caricature afin  d’éduquer la société sur les maux qui la minent.

Mais est-ce pour autant que cet art du rire devrait avoir feu vert de rire et de moquer de tout ? L’artiste est-il un être inconscient ? Une interrogation qui pourrait faire l’objet d’un sujet de philosophie au BAC.  N’est-il pas logique d’y mettre des bornes afin de protéger le vivre ensemble ? Sommes-nous à ce point inconscients au point de laisser voler en éclat notre vivre ensemble pour un sketch ou une caricature ?

Depuis quand vous avez le droit de choquer les autres et  interdire à ceux que vous choquez de réagir en conséquence ? Et comment êtes-vous aussi sûr que leurs réactions au choc subi seront dans les mêmes promotions et de même nature que votre acte à l’origine du choc subi ? Qu’est-ce qui vous donne une telle assurance sur la maîtrise des autres ?

À qui le choc a rendu insensible ? Qui avez-vous vu subir le choc d’un AVC et en est sorti indemne et sans égratignures ? Demandez à Ali Bongo si le choc de l’AVC est une partie de plaisir.

 Si vous avez le droit de choquer, reconnaissez aux autres le droit de réagir au choc subi.

On parle bien de choc. Le choc n’est pas un compliment, ce n’est pas une bienveillance encore moins une bienséance: c’est une violence diantre !!!

 Le choc  c’est violent, surtout quand c’est fait exprès au nom d’une supposée liberté d’expression qui n’en est pas une.

Voilà la vie d’un pauvre éducateur à qui la République a exposée comme de la chair à canon à un Islamistes dont on a appris en Tchétchénie que tout se réglait par la violence. Parce que né, éduqué et grandit dans la violence, il en a fait un mode d’expression.

La République est-elle aussi inconsciente à ce point ? Ou est-elle pris en otage par une caste de dirigeants ayant trouvé dans le choc qu’ils font subir aux autres un moyen d’arriver au trône et de s’y éterniser au sens machiavélique pure de la conservation du pouvoir ?

Est-ce le rôle de la République de choquer ? La République n’a-t-elle pas pour rôle et fonction de rassembler ses fils autour d’un idéal commun ? Si le blasphème divise les fils de la République autant l’interdire …

Et puis si le sacré n’existe pas en France, la laïcité dont le texte fondateur remonte en 1905 a bien montré ses  limites dans le monde moderne : il faut le remodeler;  à moins  de lui attribuer et de lui conférer une certaine once du sacré.

Il y a plein de sujets sur lesquels on peut bien se marrer sauf à  faire de la douleur des autres et du choc qu’ils subissent un fonds de commerce pour remplir son réfrigérateur et nourrir ses enfants chaque fin du mois.

Bruce Moussavou Mouaga.

Raha hizara hevitra

commentaire

Related posts

Leave a Comment